Ce champ est obligatoire

Le format de l'email est incorrect

Votre demande a été enregistrée, nous vous contacterons dès que possible.

Une erreur est survenue

Le format du numéro est invalide

Une erreur est survenue

Quel est votre besoin ?

Étape 1/2

MY MEDICAL SUITCASE RADIOTHERAPY – 

 

L’endométriose

Qu’est ce que l’endométriose ?

L’endométriose est une maladie gynécologique fréquente qui concerne une femme sur dix.

C’est une maladie chronique, qui consiste en la présence, en dehors de l’utérus, de fragments de tissus semblables à l’endomètre. L’endomètre est la muqueuse de recouvrement de l’utérus.

Différents organes peuvent être touchés car ces fragments migrent vers les organes voisins et s’y greffent.

Réagissant aux hormones, ces fragments d’endomètre saignent aussi dans le ventre à chaque menstruation.

Où se forme l’endomètre ?

En cas d’endométriose, les tissus d’endomètre se forment le plus souvent :

  • sur les ovaires ;
  • sur les trompes de Fallope ;
  • sur  les zones de proximité de l’utérus, ligaments utéro sacrés, cul de sac vaginal, cul de sac de douglas … ;
  • Sur la surface extérieure de l’utérus ou dans l’utérus appelé aussi adénomyose.

Plus rarement, Ils peuvent aussi se développer sur les organes proches comme les intestins; la vessie.

On les retrouve de façon exceptionnelle à des endroits très éloignés de l’utérus comme le diaphragme, les nerfs , les  poumons ….

Quelles sont les formes d’endométriose ?

On parle de 3 formes d’endométriose, souvent associées entre elles :

  • L’endométriose superficielle (ou péritonéale) désigne les lésions superficielles. Ce sont probablement les lésions les plus fréquentes. Elles sont localisées au niveau du péritoine (Membrane qui tapisse les parois intérieures de l’abdomen et recouvre les organes qui y sont contenus).
  • l’endométriose ovarienne : l’endométriome ovarien est un kyste de l’ovaire caractérisé par son contenu liquidien couleur chocolat
  • l’endométriose pelvienne profonde (ou sous-péritonéale) correspond aux lésions qui s’infiltrent en profondeur à plus de 5 mm sous la surface du péritoine. Ce sont des lésions fibreuses, dures, au sein desquelles le tissu endométrial hormono-dépendant est relativement peu représenté (15-20% du volume du nodule d’endométriose).

Les symptômes

Règles douloureuses : une douleur pelvienne récurrente parfois très aiguë, notamment au moment des règles. Elle est souvent invalidante.

Une infertilité associée aux symptômes douloureux susmentionnés justifie la recherche d’une endométriose.

Douleurs pelviennes, chroniques et neuropathiques

Troubles digestifs et urinaires : douleurs pour aller à la selle ou pour uriner.

Fatigue chronique

Dyspareunie : Douleurs lors des rapports sexuels ressenties profondément dans le pelvis.

Comment être diagnostiquée ?

L’endométriose peut être diagnostiquée dès la puberté et jusqu’à la ménopause.

Un entretien minutieux et orienté mené par un spécialiste, le plus souvent complété par un examen clinique (examen gynécologique) doit pouvoir orienter le diagnostic d’endométriose.

Le professionnel de santé pourra alors prescrire différents examens (échographie, IRM), et proposer un traitement de première intention, notamment contre la douleur et orienter vers des experts, si cela est nécessaire.

rencontrent des problèmes d’infertilité

souffrent de douleurs invalidantes

Il n’existe aucun traitement médical spécifique à l’endométriose

Quels sont les traitements ?

Chaque forme d’endométriose demande des traitements adaptés, les objectifs majeurs étant :

  • d’améliorer la qualité de vie en diminuant les douleurs
  • d’éviter le développement des lésions
  • de supprimer les règles souvent à l’origine des douleurs

 

1 – Le traitement hormonal pour empêcher la survenue des règles/ La cure de ménopause artificielle

Il limite la progression de l’endométriose et diminue par conséquent la douleur.
A chaque cycle, les lésions d’endométriose présentes dans l’abdomen réagissent elles aussi à l’influence hormonale et saignent. Cela créé de l’inflammation, des douleurs, des adhérences et peut abîmer les organes.
Le traitement hormonal va bloquer le cycle (pas de règles) pour éviter aux lésions de saigner et de se développer.
Quand le traitement hormonal agit, les lésions s’assèchent et se stabilisent, diminuant l’inflammation et la douleur.

Exemples : Pilule contraceptive, Implant, Stérilet hormonal, Injection (ménopause artificielle).

2 – La chirurgie

Si les traitements médicamenteux ne calment pas suffisamment les douleurs, une intervention chirurgicale peut être envisageable.

Son but est la résection ou la destruction des lésions d’endométriose et la réparation des organes atteints, dans le but de traiter les douleurs et l’infertilité.

Comment soulager les douleurs ?

Les mécanismes à l’origine des douleurs associées à l’endométriose sont multiples et complexes.

La douleur associée aux lésions d’endométriose peut être expliquée par plusieurs mécanismes pouvant coexister chez une même patiente :

  • nociception (perception des stimulations qui génèrent la douleur physique) ,
  • hyperalgie (Sensation de douleur élevée)
  • sensibilisation centrale : elle intervient dans certains syndromes de douleur chronique. Des altérations dans le traitement des signaux de douleur par le système nerveux central entraînent une sensibilisation (amplification de la perception de la douleur) et une hypersensibilité sensorielle.

La typologie des douleurs (dysménorrhée, dyspareunie profonde, signes fonctionnels digestifs ou urinaires) est corrélée à la localisation des lésions.

On distingue 2 types de traitements.

-Les traitements de fond : des médicaments administrés tous les jours pour diminuer la sensibilisation centrale et les douleurs neuropathiques, en complément du traitement hormonal visant la disparition des règles et des inflammations pelviennes cycliques.

-Les traitements de crise : à utiliser de manière ponctuelle en cas d’exacerbation des douleurs.

Il existe différents paliers à tester avec votre médecin : anti-inflammatoires, opiacés, morphiniques.

|
|
|
|
|
|
|
|

 

 

Par l’échange, la compréhension de vos symptômes et l’étude approfondie de votre dossier, nos spécialistes géreront avec vous la douleur et vous proposeront des solutions adaptées.

En parler et se faire diagnostiquer est la première étape pour que la souffrance inexpliquée ne soit plus une fatalité. Ne laissez pas la douleur s’installer et devenir chronique.

WEBINAIRE

Replay 📺

Écoutez notre expert le Docteur Merlot, chirurgien gynécologue spécialisé en endométriose

La prise en charge de l’endométriose